L'ALDILA Index du Forum
 
 
 
L'ALDILA Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



  
Des Hommes sans Loi (2012)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ALDILA Index du Forum -> Films Années 2010 -> Autres Genres
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Xoan
The Spanish Inquisitor

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2009
Messages: 1 761
Localisation: Eyes of the Insane

MessagePosté le: Mar 29 Oct - 13:31:54 (2013)    Sujet du message: Des Hommes sans Loi (2012) Répondre en citant



Des Hommes sans Loi
(Lawless)
de John Hillcoat (2012)
avec Shia LaBeouf, Tom Hardy, Jason Clarke, Jessica Chastain, Gary Oldman, Guy Pearce, Mia Wasikowska, Dane DeHaan et Noah Taylor.



En 1931, au cœur de l’Amérique en pleine Prohibition, dans le comté de Franklin en Virginie, état célèbre pour sa production d’alcool de contrebande, les trois frères Bondurant sont des trafiquants notoires : Jack, le plus jeune, ambitieux et impulsif, veut transformer la petite affaire familiale en trafic d’envergure. Il rêve de beaux costumes, d’armes, et espère impressionner la sublime Bertha. Howard, l’aîné, est le bagarreur de la famille. Loyal, son bon sens se dissout régulièrement dans l’alcool qu’il ne sait pas refuser. Forrest, le cadet, fait figure de chef et reste déterminé à protéger sa famille des nouvelles règles qu’impose un nouveau monde économique. Lorsque Maggie débarque fuyant Chicago, il la prend aussi sous sa protection. Il lui devra la vie.
Seuls contre une police corrompue, une justice arbitraire et des gangsters rivaux, les trois frères écrivent leur légende : une lutte pour rester sur leur propre chemin, au cours de la première grande ruée vers l’or du crime.




Inspiré d'une histoire vraie tirée d'un roman de Matt Bondurant, Des hommes sans Loi mélange avec succès plusieurs genre, chronique familiale, sociale, policier voir comédie par instants, durant l'époque de la Prohibition au Etats-Unis qui dura de 1919 à 1933.
Si le sujet a souvent été traité au cinéma (Les Incorruptible, Il était une fois en Amérique, Public Enemies, etc...), le film de John Hillcoat prend pour cadre l'univers d'une Amérique profonde, ici la Virginie, univers régissant à des règles locales, s'accommodant des lois en vigueur dictée par Washington, lointaine capitale, à mille lieues des problèmes quotidiens de ce monde rural, lui donnant un cachet pour le moins particulier.
S'il s'inspire donc d'une histoire vraie, le réalisateur et son scénariste (Nick Cave), plutôt que de raconter les aventures des frères Bondurant de façon réaliste, s'appliquent à en faire une sorte de légende, de simples "paysans" trafiquants d'alcool, ils deviennent devant la caméra les héros d'une grande saga familiale.




Le film de John Hillcoat est très classique rappelant le cinéma des années 30/50 par son aspect mais très actuel malgré tout sous sa forme.
Nombreux effets de caméras, plutôt bien intégrés sans esbroufe pouvant nuire à l'intrigue mais également par ses fulgurances très violentes où le sang verse à flot.
De plus si les enjeux sont assez bien exposés et clair, voir très actuels (la survie du milieu rural face à la politique gouvernementale), plusieurs thématiques sont très contemporaines. Le jeune frère qui idolatre un caid de la grande ville et essaye de lui ressembler quitte à mettre en péril le précaire équilibre maintenu par ses deux frères mais aussi son comportement face à la jeune fille qu'il convoite.
Le réalisateur nous plonge dans cette histoire familiale avec un certain brio en parvenant à conserver bien présent le côte historique de cette période de la Prohibition américaine.





Le métrage s'enfonce inexorablement vers un final inévitable et attendu, tant les enjeux vitaux et le caractère des personnages ne peuvent s'accommoder de cet écart grandissant entre la vie simple dans ces campagnes profondes et la logique mercantile et viciée de l'univers citadin.
Loin de caricaturer ses deux mondes, le réalisateur établit de nombreux contacts par touches bien senties entre ces univers (la danseuse qui se réfugie chez les frères, l'idolatrerie du jeune frère, la police locale soumise contre leur gré aux agents fédéraux), amenant nos divers protagonistes a travers leur personnalité et leur passé à essayer de sauvegarder ce qu'ils possèdent et ce qu'ils sont.
L'intérêt principal du film réside dans ce portrait contrasté de cette Amérique profonde où le puritanisme s'accommode d'une illégalité devenue une tradition refusant tout changement qui amènerait un nouvel ordre, modernisme déjà enclin au capitalisme et à la corruption.





Même si le film comporte quelques défauts, les aventures de ces trois frangins s'avèrent être prenantes et malgré le ton sombre et violent qu'il distille , l'humour (La prétendue immortalité de Forrest Bondurant devenant le gag récurrent du film) et l'humanisme profond qu'il offre permet de nous attacher aux divers interprètes.
De plus, les évènements s'enchaînent avec une logique implacable, sans pour autant devenir totalement prévisibles.
Par petites touches, John Hillcoat, installe des rapports intenses entre ces personnages, nous dévoilant peu à peu, leur faiblesses, leurs doutes mais aussi leur courage et la volonté de rester unis malgré l'intrusion de ce monde extérieur qui surgit dans leur quotidien, amené par ces fédéraux hautains,mais aussi par le désir de vivre autrement pour certains d'entre eux.




Le casting est vraiment excellent, hormis peut-être le rôle tenu par Guy Pearce (l'agent spécial Charlie Rakes) un peu trop caricaturale à mon goût.
Que ce soit Shia LaBeouf (Jack Bondurant, le benjamin de la famille, impulsif et ambitieux voulant se lancer rapidement en affaire avec ses aînés mais ceux-ci sont réticents car ils le considèrent faible), Tom Hardy (Forrest Bondurant, le leader de la famille, essayant de protéger les siens, se révélant extrêmement violent envers les personnes qui s'attaquent à son buisness et à sa famille), Jason Clarke (Howard Bondurant, l'aîné de la famille, aux ordres de son frère cadet, ténébreux mais probablement le plus violent des trois, son addiction à l'alcool n'aidant pas les choses), Jessica Chastain (Maggie, une danseuse fuyant Chicago à cause du harcèlement de certains clients, devenue serveuse à la station d'essence des Bondurant) ou encore Gary Oldman (Floyd Banner, un gangster notoire de la région de Chicago).
Si indiscutablement Tom Hardy écrase de tout son talent le métrage, les autres acteurs sont vraiment excellent.





Au final Des hommes sans loi s'impose comme un très bon film de genre, rythmé, drôle, très bien écrit et interprété, ne connaissant que de rates défauts.
Son réalisateur réussi brillamment à nous plonger dans cette histoire familiale bouleversée par la Prohibition, où l'humain tentera jusqu'au bout de refuser la fatalité de cette époque troublée.
Après The Proposition et La Route (The Road), John Hillcoat nous offre encore un excellent film, très maîtrisé et marquant.




Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 29 Oct - 13:31:54 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Fuchsia
Amanite Phalloïde

Hors ligne

Inscrit le: 02 Avr 2009
Messages: 1 401
Localisation: Dans le Grenier.

MessagePosté le: Dim 3 Nov - 04:04:20 (2013)    Sujet du message: Des Hommes sans Loi (2012) Répondre en citant

Au moins, ta critique m'aura donné envie de découvrir ce film qui ne m'intéressait nullement à la base !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Xoan
The Spanish Inquisitor

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2009
Messages: 1 761
Localisation: Eyes of the Insane

MessagePosté le: Lun 4 Nov - 11:10:15 (2013)    Sujet du message: Des Hommes sans Loi (2012) Répondre en citant

C'est le troisième film que je vois de ce réalisateur et j'aime beaucoup sa façon assez "pudique" de présenter ses personnages.
Ils sont le coeur des évènements et le côté profondement humain de sa réalisation me plait vraiment.
Même Shia LaBeouf (assez décrié par la critique depuis son doublé Transformers/Indiana Jones) est bien employé ici et joue juste.
J'aime ce genre de film en général, surtout quand ils sont plutôt bien maitrisés par leurs réalisateurs.
Si tu le vois, tu me donneras ton avis Okay

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Fuchsia
Amanite Phalloïde

Hors ligne

Inscrit le: 02 Avr 2009
Messages: 1 401
Localisation: Dans le Grenier.

MessagePosté le: Lun 4 Nov - 14:42:20 (2013)    Sujet du message: Des Hommes sans Loi (2012) Répondre en citant

Je le regarderais ; et j'aime bien le mot pudique. Je trouve qu'on est dans une société tellement transparente, tellement nulle, que l'idée de présenter ses personnages avec un voile de pudeur me plait beaucoup ! Il y a l'air d'y avoir quelque chose d'ancien dans ce film (c'est un compliment !), c'est cet aspect-là qui m'intéresse en plus de l'aspect "famille", ça ça m'a toujours plu !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Xoan
The Spanish Inquisitor

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2009
Messages: 1 761
Localisation: Eyes of the Insane

MessagePosté le: Mar 5 Nov - 13:21:20 (2013)    Sujet du message: Des Hommes sans Loi (2012) Répondre en citant

Un film au parfum du cinéma américain des années 50 oui Okay

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:20:00 (2018)    Sujet du message: Des Hommes sans Loi (2012)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ALDILA Index du Forum -> Films Années 2010 -> Autres Genres Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com